Mon bilan post-op 3 mois après le Jour J


Mon Combat / samedi, février 16th, 2019

Comment je me sens ?

Légère serait le qualificatif parfait, mais ce n’est que le début de ce long parcours.

Dans cet article je ne rentre pas dans les détails, je prévois un article plus complet pour revenir sur le Jour J de l’opération, les jours qui ont suivi etc.…

Mais là je vais te parler des trucs que j’avais entendu, et comment moi je l’ai vécu et si ses « rumeurs » se révélaient être vrai sur moi.

ON MANGE COMME UN OISEAU

VRAI, je suis sûr que même des fois les oiseaux mangent plus que moi ^^.

Alors pas évident franchement pour moi qui suis une organisée folle dingue sur tout, de ne pas savoir comment arriver à organiser les repas, mes envies etc.…

ça été encore plus compliqué pour moi surtout pour les périodes des fêtes, où déjà je suis la fille à qui on fait en générale un repas particulier, alors je te raconte pas comment j’étais encore plus gênée cette année, car même si on mange de moins en moins avec les années, y a quand même les classiques apéro, entrée plat et dessert. Et autant te dire que je mangeais que l’entrée, et je regardais les autres mangeaient EXTRÊME GÉNANCE assurée.

ON EST TOUT LE TEMPS FATIGUÉ

FAUX, alors certes après toute opération avec anesthésie générale on met un petit moment avant d’être au top de sa forme. Mais cette opération est connue pour qu’on soit en fatigue très prolongée, et bien moi cette fatigue je ne l’ai pas eu. J’ai même très bien vécue ma convalescence, j’ai fait très vite de nouveau des « efforts » sans ressentir trop de fatigue.

La seule fois où j’ai ressentie cette fatigue c’est suite à une angine, puis j’ai accumulé pas mal de microbes et j’ai eu une tension basse tout un smilblick qui ont fait que.

LA PERTE DE CHEVEUX

FAUX, pour le moment rien d’alarmant à ce niveau. YOUPIIII, bon je ne vais pas crier victoire trop vite, car ça peux arriver d’un seul coup.

Physiquement j’ai eu du mal à me dire que je pouvais me permettre de remettre des anciens vêtements, car même si j’ai conscience de mon changement physique quand je me vois en sous-vêtements dans le miroir, je n’arrivais pas à me dire que je peux me permettre un 44 et qui est trop grand donc en vrai un 42.

Pour moi je pense que c’est choquant de me dire que je suis comme « tout le monde ». Je peux, j’ai le droit, ces phrases sont encore un peu compliqué.

Voilà, un peu rapide j’avoue, mais je reviens très vite pour te raconter tout en détails.

BisouxX Aimy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *